HandyLover, l’appareil qui favorise la sexualité des personnes handicapées

2 mois ago Sex High Tech 0

Rodolphe Brichet travaille depuis près de 4 ans à la conception du HandyLover, un appareil destiné à favoriser la sexualité des personnes handicapées. Une réponse à la recommandation du Comité Consultatif National d’Ethique, (CCNE) sur les moyens mécaniques de satisfaction sexuelle. Un produit unique, 100% Made in France ! A en croire Nathalie Giraud de Piment Rose, « C’est tout simplement génial ».

Depuis quelques temps, on assiste à des campagnes médiatiques importantes pour la reconnaissance de toutes les sexualités, quelques que soient les orientations. Pourtant il existe une catégorie de personnes dont on ne parle jamais ou presque : les personnes handicapées. Autant dire qu’il y a un grand silence sur leur sexualité. Pourtant, comme tout être humain, les personnes en situation de handicap ont une vie et des besoins sexuels.
En 2012, le Comité Consultatif National d’Ethique, (CCNE) a recommandé de « faciliter l’accès à des moyens mécaniques de satisfaction sexuelle pour les personnes handicapées. »

Rodolphe Brichet devant son HandyLover

C’est pour répondre à cette demande que Rodolphe Brichet*, un Français originaire de Poitiers, a créé le HandyLover. Un appareil d’assistance sexuelle pour les personnes handicapées qu’il distribue à travers sa société Mobility Desire.

Le HandyLover la solution adaptée aux personnes handicapées

Il n’existe pas une seule forme de handicap et ce qui rend le HandyLover encore plus unique et performant est qu’il peut s’adapter, à travers différents modules, aux besoins de chacun. Si aujourd’hui, il est prévu pour les personnes à mobilité réduite capables d’une certaine autonomie dans leur mouvement, des éléments ergonomiques spécifiques, comme des appuie-tête, mains courantes, dossiers et autres sont d’ores et déjà prévus pour offrir une aide efficace en terme de mobilité. Que ce soit pour une utilisation seule ou à deux.

« Le HandyLover est un produit innovant, polyvalent et modulable. »explique Rodolphe Brichet. « Il répond à toutes les orientations et pratiques sexuelles des utilisateurs, sans aucune discrimination et peut être utilisé seul ou à deux. »

Dans sa version de base, le HandyLover se présente comme un siège coulissant sur lequel on peut se mettre en position assise ou allongée. Une fois installé, l’utilisateur génère par le déplacement de son corps conjugué à l’action des bras et/ou des jambes, un mouvement de va et vient.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’aide de cales, de poignées et de différents supports réglables, l’utilisateur trouve la position qui sera la mieux adaptée à une pénétration vaginale ou anale. Il suffit ensuite de faire des mouvements de va et vient. Pour une personne seule, il est possible de fixer un ou deux sextoys, il est également possible de coupler les sièges de manière fixe ou coulissante. Une solution adaptée dans le cas de deux personnes handicapées qui pourront se faire face et prendre ensemble du plaisir.

L’intreface sextoy phallique est prévue pour les sextoys de la marque Doc Johnson – Vac-U-Lock et les masturbateurs sont de type Tenga.

Le HandyLover récompensé par de nombreux prix

Depuis que Rodolphe Brichet travaille sur son produit, il reçoit un accueil plus que favorable de la communauté scientifique qui reconnaît là une véritable solution dans l’accès au plaisir des personnes handicapées. En 2015, il reçoit le prix Créa Vienne de l’innovation sociale, en 2016, il fait partie des 6 nommés pour le Prix International Innovation de la Chaire Unesco Santé Sexuelle et Droits Humains. En 2017, il est lauréat du Prix OCIRP Handicap 2017, dans la thématique « Vie affective et sexualité ». Pour le Pr Thierry Troussier, responsable du Diplôme universitaire de santé sexuelle et droits humains à l’université Paris-Diderot « La sexualité est désormais reconnue comme un droit ; l’impossibilité d’y accéder constitue donc un préjudice. Handylover permet d’éviter la problématique des assistants sexuels et de trouver un projet intime avec un partenaire ou seul. C’est la seule innovation dans ce domaine ».

Le HandyLover est soutenu par la Région Nouvelle Aquitaine et par le Conseil départemental de la Vienne.

 

Le HandyLover est disponible directement sur le site handy-lover mais également sur les sites de Harmonie Medical Service .

Nathalie Giraud : « C’est un produit qui va bien au delà du tag handicap où handicapé. »

Nathalie Giraud est sexothérapeute et créatrice du site « piment rose« . sexhightech lui a demandé son avis sur le HandyLover.

Nathalie Giraud fondatrice Piment rose
Nathalie Giraud fondatrice Piment rose

C’est Génial ! C’est tout simplement génial. C’est un produit polyvalent, sur lequel on peut adapter des toys. C’est un produit qui donne de l’autonomie dans le domaine de l’intime, qui permet tout plein de permutations, de rencontres sexuelles. Il peut très facilement être aussi mis en place par des intervenants extérieurs, des auxiliaires de vie.
Mais c’est le mot autonomie qui me réjouit dans cette invention. L’autonomie dans la rencontre. C’est pas un produit genré, normé. Il fonctionne de toutes les manière qu’on veut, par devant, par derrière, il peut être porteur d’un pénis, d’un vagin, ce n’est pas hétéronormé. C’est un produit ouvert, on peut s’en servir avec du surpoids, dans la vieillesse, avec des problèmes d’arthrose, si on a des problèmes de mouvements. C’est un produit qui va bien au delà du tag handicap où handicapé. Parce que la sexualité est inventive, elle n’est pas handicapée. Il faut bien faire la différence.
Pourquoi parle-t-on si peut de la sexualité des personnes handicapées ?
Déjà on parle très peu des personnes handicapées. C’est un sujet qui dérange parce que cela oblige à parler de la différence alors rajouter la sexualité à de l’intime, ca double… le handicap si je peux dire. Ca double la difficulté de parler de quelque chose qui est différent dans le domaine de l’intime.
En Suisse et dans certains pays étrangers, il semble que les personnes handicapées puissent faire appel à des aidants sexuels. Que ce soit mieux accepté !
Vous pouvez supprimer le « il semble » et mettre tout cela au présent. C’est accepté ! C’est en effet beaucoup mieux accepté à l’étranger. Cela ne tombe pas sous le coup de la loi parce que c’est un métier. En France, la mise en relation par une personne qui proposerait l’assistance d’aidants sexuels est qualifié de proxénètisme. Et la personne qui utilise ces aidants sexuels tombe sous le coup de la loi puisque maintenant ceux quifont appel à des prostituées sont pénalisés. Et comme il n’y a pas de différence, que le statut d’aidant sexuel n’est pas reconnu, tout peut arriver. Parce que la loi est très frileuse… sous la couette !

*Rodolphe Brichet est ingénieur et expert en ergomètre scientifique, expertise développée avec l’Equipe Mécanique du Geste Sportif du Laboratoire de Mécanique des Solides de l’Université de Poitiers. Il a conçu plusieurs appareils d’évaluation et d’entrainement spécifiques et instrumentés pour la natation, le ski de fond, la boxe française et le kayak. Le HandyLover a bénéficié de cette expertise pour faciliter la sexualité des personnes handicapées.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer