Comme toutes les semaines, voici une petite sélection de quelques infos autour de la sextech que vous auriez pu manquer. Un gallois qui vient à la télé avec sa femme et sa poupée, une journaliste qui fabrique un appareil dentaire pour de meilleures fellations et une société espagnole commercialise les orgasmes sonores de dames pour ses futurs robots sexuels. Avouez que vous n’auriez pas voulu manquer ces news. Coté sexhightech, nous avons fait connaissance avec M’sieur Jérémy, un testeur de sextoys qui veut défendre la sexualité des hommes et la news qui a choqué à propos d’une société chinoises qui a lancé sexdollslib’, ou les poupées sexuelles en partage.

Standard Innovation qui distribue le We-Vibe a adressé une notification à 13 exposant du dernier salon Asia Adult Expo pour contrefaçon et infraction au code de la propriété intellectuelle. « Nous sommes une société axée sur l’innovation et notre atout le plus précieux est notre propriété intellectuelle » a expliqué Frank Ferrari, président Standard Innovation. Au cours des derniers mois il a constaté une augmentation des produits sur le marché qui pourrait porter atteinte à leur brevet de vibrateur de couples. De l’inconvénient d’avoir un bon produit !

La startup allemande einhorn spécialisée dans les préservatifs équitables,(son site est surtitré « Vegan design Kondome Kaufen » (Vente de préservatifs design et véganes)) a réussi, si on peut dire, de lever 0 millions € au cours de sa dernière campagne. Pourtant 2 ans après sa création en 2015, la startup a dépassé le million de revenus et continue de progresser. Des distributeurs renommés comme dm, Edeka, Rewe ou encore Amazon sont des clients courants d’einhorn qui espère ne pas les perdre d’autant la boutique en ligne ne permet pas vraiment de payer ses 20 employés. Waldemar Zeiler, co-fondateur de einhorn a déclaré : « Nous sommes très reconnaissants pour le temps que nous avons économisé sur la collecte de fonds et nous pouvons plutôt nous concentrer entièrement sur nos produits et nos clients. Ce tour de financement spectaculaire nous permet également de garder le contrôle total de notre entreprise car nous n’avons pas eu à céder l’équité. » Une belle manière de voir le verre à moitié plein.
Source: Lindekin.com

sextech actu

Un Gallois invité à la télé britannique a raconté comment il avait crée un robot pour partager sa vie de famille. Il a ajouté un « mode famille » ce qui évité à la poupée chinoise de dire des choses déplacées devant les enfants, préférant parler d’animaux ou raconter une des 1000 blagues programmées. Et quand les enfants dorment, Samantha rejoint parfois le couple pour une expérience à trois. Pour une fois qu’on lit une chose positive sur les robots…
Source : Closer

Un appareil dentaire spécial fellation, c’est l’hisoire que l’on pouvait lire sur vice cette semaine. La journaliste a suivi un atelier porposé par un l’artiste – dentiste (oui ca existe) Juang-Yi Ku qui présentait son Fellatio Modificaiton Projec. Un projet qui vidait à fabriquer un appareil dentaire pour améliorer l’expérience de la fellation. Si on suit toutes les étapes de création, on ne sait pas au final pour qui c’est meilleur, la personne qui porte l’appareil ou celle qui se fait sucer.
Source : Vice

bibliothèque d'orgasme

Mesdames, votre orgasme peut vous rapporter, vendez votre voix pour la future IA des robotsexuels. Si leschercheurs en intelligence artificielle peuvent faire parler un robot sexuel, il est une chose qu’ils ont pour l’instant de la peine à recréer, c’est la voix d’une femme ayant un orgasme, avec naturel et réalisme. C’est pour répondre à cette demande futur que la société espagnole Synthea Amatus propose aux femmes de vendre le son de leurs orgasmes. Les propriétaires de robots sexuels de la collection Samantha pourront télécharger une voix ou des packs complets qui apporteront encore plus de réalisme à leurs futures ébats.
Source : Voice Book

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.