Les poupées de sexe sont encore chères et les clients se montrent encore prudent avant de passer à l'achat. Pour motiver ses futurs acheteurs, un homme d’affaires de Grande-Bretagne propose de louer les poupées pendant 30 minutes pour les tester. En utilisant ce mode de communication il a réussi a convaincre de nombreux clients potentiels. L'homme d'affaires n'exclut pas de transformer son magasin en vrai bordel de poupées de sexe, dès que ce sera possible comme cela existe dans d'autres capitales européennes.

Depuis décembre 2017, pour 50 £, soit un peu moins de 60 euros, de potentiels acheteurs de poupées de sexe peuvent passer 30 minutes et avoir une relation sexuelle avec l'objet de leur désir. Les clients ont ensuite la possibilité d’acheter une des poupées chinoises de leur choix s'ils sont safisfaits de l'expérience.  L’homme d’affaires britannique à l'origine de cette nouvelle offre, affirme qu’il propose un test avant achat, comme on pourrait le faire par exemple pour une voiture, mais en aucun cas, il ne s’agit d’un bordel déguisé. Pour ce businessman, il ne s’agit pas de simplement de laisser des personnes tester les poupées de sexe mais bien d’en vendre. Un peu comme on le ferait avant d'acheter une voiture ou un vélo.

L’entreprise, lovedoll.co.uk, qui revend également des «poupées de sex usagées», est basée à Gateshead et dispose d’un espace privé où ses clients peuvent avoir des relations sexuelles avec les poupées de silicone.

Showroom  Poupées de sexe

Le show room de lovedoll.co.uk

Le modèle mis à la disposition des «testeurs» se vend 1 800 £ (2000 €). Il est de taille adulte, pèse environ 30 kilos, avec une peau très réaliste sur un squelette métallique et des organes sexuels eux aussi réalistes.

Le client souhaitant tester l’une des poupées de sexe doit fournir ses coordonnées et payer à l’avance sur internet. Il se rend ensuite dans un espace sans fioritures situé dans une zone industrielle où un code-clé lui permet d’entrer dans une petite pièce contenant un lit et la poupée en déshabillé. Et on voit sur l’image à côté que les week-end sont chargés en terme de réservation…

Le patron du site estime que c’est une expérience mais il n’a aucune idée s’il y a un vrai marché des poupées adultes pour cela, bien que ses ventes de love dolls aient augmenté d’année en année. Après avoir testé la poupée lui-même, il a déclaré à la BBC : « Ce serait fou de ne pas le faire. Une fois que vous réalisez que vous jouez une scène avec quelqu’un ou quelque chose qui n’a aucun jugement sur vous, vous avez un sentiment de liberté et c’est sans doute ce qui attire beaucoup de nos clients. »

poupées de sexe

Le week-end, les clients plébiscitent les lovedolls.

Bordel de poupées sexuelles

louer une poupée à l'heure plutôt qu'acheter

Il n’y a pas de bordel avec poupées sexuelles reconnu au Royaume-Uni, bien que certaines maisons aient ouvert récemment en Irlande, en Espagne et en Allemagne. Mais si la possibilité existait, le businessman n’exclut pas de se lancer lui aussi dans cette entreprise de maison de poupées de sexe. Comme beaucoup de ses confrères, il sait qu'il y a un vrai potentiel, une réelle demande de la part d'une clientèle plus décomplexée à l'idée de passer une heure payante avec une poupée plutôt qu'avec une femme bien réelle.

Concernant son entreprise, la question de l’hygiène des poupées de sexe revient régulièrement. Comme dans tout autre lieu proposant des sexdolls. Là encore le propriétaire des lieux se veut rassurant et affirme que toutes les mesures sont prises pour prévenir tout risque pour la santé. « Nous vendons des poupées usagées depuis longtemps, ce qui peut surprendre mais pour chaque poupée nous passons entre une heure et cinq heures de nettoyage. Il n’y a donc aucun risque » affirmait il également.

C'est sur ce modèle de l'inscription sur internet et de l'adresse communiquée exclusivement aux clients que s'est ouvert à paris une maison close de sexdolls. L'événement n'est pas passé inaperçu avec des réactions, comme toujours en en France très virulentes. Certains élus de la Mairie de Paris et des associations féministes n'hésitant pas à comparer l'utilisation de poupées sexuelles à du viol et demandant purement et simplement la fermeture de l'établissement.

Partagez sexhightech.com sur les réseaux sociaux
6 Comments
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.