L'UER ouvre une enquête indépendante suite à des allégations d'un « environnement dangereux » à l'Eurovision 2024

La gueule de bois de la dernière et tendue édition de l'Eurovision à Malmö perdure, l'UER aurait ouvert un enquête indépendante pour clarifier les plaintes et allégations formulées par plusieurs délégations d'un « environnement de travail dangereux » dans les installations du festival signalées, selon le média néerlandais RTL Boulevard.

Comme le rapportent les médias susmentionnés, l'enquête indépendante consisterait à interroger les délégations participant à l'Eurovision, de manière anonyme si elles le souhaitent, même si l'on ne sait pas si ses résultats seront rendus publics.

L'un des pays qui a fait rapport était les Pays-Bas, qui ont été disqualifiés pour l'incident impliquant Joost Klein avec un membre de l'organisation. La télévision néerlandaise participante, AVOTROS ; il a porté plainte la veille de sa disqualification de l'environnement « tendu et incertain » c'était dans les coulisses du festival, ce qu'il aurait confirmé à la télévision publique néerlandaise AVOSTROS.

Selon les médias susmentionnés, la plainte de la délégation néerlandaise portait sur le « atmosphère désagréable » qui a été vécue notamment dans ce qu'on appelle la bulle des délégationszone dans laquelle se trouvent les différents vestiaires et aires de repos des différents participants et de leurs équipes, p

Compte tenu de cette décision de l'UER, selon les informations des médias néerlandais susmentionnés, AVROTROS réfléchirait actuellement à une réponse à l'enquête indépendante après avoir émis l'un des 13 plaintes reçues par l'organisation de l'Eurovision 2024 lors de sa célébration à Malmö (Suède).

Il y a quelques jours, le journal néerlandais Nu.Nl, le média qui a révélé la plainte des Pays-Bas, rapportait également que des représentants de Lituanie, d'Irlande et de Norvège, entre autres, avaient également critiqué l'atmosphère dans les coulisses. En effet, le groupe Gåte a reconnu au journal Aftenposten avoir envisagé de se retirer avant la grande finale de l'Eurovision 2024.

Il convient également de rappeler que la chaîne portugaise RTP a demandé une réunion avec l'Union européenne de radiodiffusion pour clarifier les incidents survenus à Malmö, comme indiqué sur son propre site Web. Cette demande est soutenue par d'autres délégations de l'Eurovision comme celles de la France, de la Croatie, de la Norvège et de l'Espagne.