Lovense reconnait avoir enregistré par erreur les cessions audio des utilisateur et appelle cela un « bug mineur »

2 semaines ago David Kolding 0

Le monde des objets connectés est en pleine construction et parfois ça bug un peu. On se souvient des problèmes rencontrés par cette société dont il était possible de pirater l’application et prendre le contrôle du sextoy, à l’insu de son utilisateur. Un nouveau petit scandale est apparu ces derniers jours. Cette fois, il concerne Lovense qui aurait enregistré des cessions entre utilisateurs. Un acte qualifié de « bug mineur » par les responsables de la société basée à Hong Kong.

C’est sur reddit que l’information est apparue quand un utilisateur a expliqué avoir découvert un fichier audio sur son smartphone correspondant à 6 minutes d’utilisation de l’application. A la base, l’appli demande l’autorisation d’accéder au micro et à l’appareil photo du téléphone pour être utilisé avec la fonction de conversation et envoyer des messages courts. L’utilisateur était donc surpris de découvrir l’intégralité de l’enregistrement de sa cession.

Un utilisateur parlant au nom de Lovense a répondu au message, affirmant qu’il s’agissait d’un « bug mineur » qui était apparu sur les smartphones fonctionnant sous androïd et qu’ils allaient faire des tests pour les appareil sous IOS. Par ailleurs, aucun fichier n’aurait été envoyé à l’entreprise mais est enregistré pour des questions de facilités sur un disque dur. Fichier audio qui est effacé dès le lancement de l’application pour une nouvelle cession. Une mise à jour devait être faite dans la journée.

Lovense a publié sur le site internetofdon une mise au point en guise de réponse à ces attaques des médias. Reprenant en détails ce qui avait déjà été répondu sur le site reddit. Le débat semble donc clos.

La question des informations personnelles est cruciale aujourd’hui que de plus en plus d’appareils sont connectés. La société We-vibe a connu de sérieux problèmes après avoir été accusé de collecter et d’enregistrer les données personnelles des utilisateurs. Un manquement qui lui a couté 3,75 millions de dollars.

On peut comprendre que les objets connectés soient un secteur d’activité jeune et qu’il est possible de commettre des erreurs, mais il ne faudrait pas que l’expression « bug » vienne servir d’excuse à des abus de la part des sociétés travaillant dans le secteur.  Pour les utilisateurs, il est conseiller de bien se renseigner avant d’acheter les yeux fermés leur prochain sextoy connecté.

<