Le Parquet européen envoie l'UCO au siège de Red.es pour recueillir des preuves sur l'affaire Begoña Gómez

La Garde civile s'est rendue, sur ordre du Parquet européen, au siège de l'entreprise publique Red.es pour exiger des preuves de l'embauche de l'homme d'affaires Juan Carlos Barrabés, lié professionnellement à Begoña Gómez, l'épouse du président du gouvernement, Pedro Sánchezcomme le confirment les sources du dossier.

Dans le rapport préliminaire préparé par l'Unité Centrale Opérationnelle (UCO), qui a été envoyé au président du Tribunal d'Instruction numéro 41 de Madrid, Juan Carlos Peinado, les agents ont averti l'instructeur que ils n'avaient pas pu accéder aux dossiers complets des récompenses de Red.es aux entreprises de Barrabés. Ils n'ont eu connaissance des lettres de recommandation de Begoña Gómez que lorsque Manos Limpas les a incluses dans leur plainte.

En outre, le magistrat, qui a cité Begoña Gómez comme faisant l'objet d'une enquête pour des délits présumés de corruption dans le secteur privé et trafic d’influence, avait ouvert un article séparé concernant les fonds européens que Barrabés, recommandé par lettre de la présidence des femmes de Pedro Sánchez, aurait reçu.

Fonds européens

Le magistrat a pris cette décision après que le Parquet européen a demandé des informations sur l'affaire. l'impact possible de ces récompenses sur les fonds européens.

Dans un arrêté du 26 avril, le Parquet européen (EPPO) a demandé au juge de l'informer des faits sur lesquels il enquête et de préciser si la procédure « impliquerait le UTE Innova Next SLU – The Valley Business School« , constituée d'une société appartenant à Barrabés, que Manos Fácil désigne comme bénéficiaire des « recommandations ou approbations » de Gómez.

« Exercez votre compétence »

Les procureurs délégués Laura Pellón, Luis Miguel Jiménez et Antonio Zárate ont indiqué dans ledit décret que le Parquet européen « pourrait, le cas échéant, exercer sa compétence » pour enquêter sur ces contrats s'il le juge pertinent, pour lequel il a demandé au tribunal de lui envoyer la documentation appropriée, rapporte Europa Press.

Le magistrat a exprimé cette demande d'information dans une ordonnance, en date du 29 mai, qui rend compte de la consultation réalisée par le Parquet européen en relation avec les contrats susmentionnés. S'il est précisé si les marchés publics doivent relever de la responsabilité de l'organisme européen, Le juge a ouvert une pièce séparée « dans laquelle ce qui est approprié sera convenu ».