Le bâtiment La Tancada, dans le vieux Massana de Barcelone, a été évacué : 37 personnes identifiées, deux arrêtées et une enquêtée

La Garde urbaine, les Mossos et la Police nationale ont évacué un bâtiment municipal occupé dans le quartier Raval de Barcelonequi fait partie des locaux du ancienne école d'art La Massana. Il se trouve juste derrière le marché de la Boqueria, sur la Plaza de la Gardunya. Depuis avril 2018, il était le siège de divers groupes et accueillait un groupe de sans-abri. Il s'est appelé La Tancada pour le confinement des immigrés sans papiers qui a donné lieu à l'occupation.

L'opération a été exigée par décision de justice en raison des « fortes déficiences en matière de sécurité, de santé et des nombreuses plaintes concernant des incidents » présentes dans le bâtiment, indique la Garde urbaine. Les forces de l'ordre ont débuté le dispositif vers 7 heures ce jeudi et il s'est terminé vers 10 heures, avec la participation des unités anti-émeutes.

Selon la Police Urbaine, 37 personnes qui habitaient la propriété ont été identifiées, dont deux ont été arrêtées, une enquêtée et cinq autres mises à la disposition de la Police Nationale. Après la vidange, les agents des forces de sécurité ont procédé à l'inspection du bâtiment, en plus de rétablir l'accès à la zone qui avait été restreinte par le dispositif. Le périmètre établi a empêché les sympathisants et entités affiliées de pouvoir s'approcher de la porte du bâtiment, qui a été fermée à midi.

Promesse de mission

Pendant le mandat de la maire Ada Colau (BComú), le conseil municipal a annoncé qu'il abandonnerait l'ancien bâtiment Massana pour des usages communautaires, mais le groupe qui en demande la gestion, qui comprend, entre autres entités, le Sindicat d'Habitatge del Raval et la Xarxa de Suport Alimentaria rompu les négociations avant les élections municipales et a appelé à la mobilisation.

En novembre 2023, la Mairie a dressé un procès-verbal d'occupation pour poursuivre la procédure de récupération de la propriété afin qu'elle puisse être utilisée pour un usage public, comme expliqué, en raison du non-respect des exigences de sécurité et de santé requises pour l'utilisation des locaux, basée sur les actions répétées de la Police Urbaine en raison d'incidents survenus dans cet espace et ses environs. Un autre coin de la place, dont la façade est peinte en rose, est toujours occupé par d'autres groupes et n'a pas fait partie de l'opération de ce jeudi.

Critiques du Sindicat d'Habitatge

De leur côté, des sources du Sindicat de l'Habitatge del Raval ont rapporté lors d'une conférence de presse que l'expulsion d'au moins 35 migrants et ont critiqué le fait que l'expulsion ait eu lieu ce jeudi, alors qu'en novembre dernier ils ont réussi à mis fin à une tentative d'expulsion par des moyens express et le syndicat avait présenté des mesures conservatoires devant le tribunal. La Mairie de Barcelone avait promis, selon la même entité, d'offrir une alternative sociale aux personnes qui vivaient à La Tancada, certaines depuis des années, sans que cela ait été fait, sauf dans deux ou trois cas qui se sont personnellement adressés au social. prestations de service.

Selon eux, cette opération fait partie de la Pla Endreça du maire Jaume Collboni, tenu pour responsable de la situation des migrants aujourd'hui expulsés du bâtiment municipal.