Happy Couple, l’application qui peut faire le bonheur de votre couple

8 mois ago Sex High Tech 1

Avec les applications sur smartphones, tout semble beaucoup plus simple dans la vie. On peut surveiller son régime, son activité physique, trouver des occupations près de chez soi ou des bon plans restaurants. On peut même faire des rencontres. Et il n’a sans doute jamais été aussi facile de trouver l’amour. Mais qu’en est il de le garder ? C’est là que l’application Happy Couple ambitionne de renforcer votre couple. Arnaud Le Méour, cofondateur de Happy couple nous dit tout sur le fonctionnement de cette application qui milite pour le bonheur des couples.

SexHighTech : Vous avez lancé l’application Happy Couple en 2015. Qu’est ce qui vous a motivé à vouloir le bonheur des couples ?

Arnaud Le Mérour : Nous sommes partis du constat qu’il n’a jamais été aussi facile aujourd’hui de faire des rencontres via une application de dating, quelque soit ses affinités ou son profil. Pourtant en 2017, les histoires d’amour finissent toujours mal en général. Des études ont montré que 85% des relations amoureuses se terminent par une séparation. Et c’est toujours un problème de communication : les silences, les tabous, les malentendus, les projections que l’on fait sur son partenaire en pensant qu’il est comme ceci alors qu’il est comme cela. On a voulu traiter ce problème extrêmement important et qui concerne tout le monde. On a voulu forcer un petit peu, de manière positive, les couples à parler de tout, de nourrir les discussions au quotidien, que ce soit chez de jeunes couples qui viennent de se rencontrer sur une application ou des couples installés depuis des mois ou des années. Et qui veulent renforcer leurs liens d’une manière ludique et surtout pas ennuyeuse.

Happy Couple commence sur tinder
Tout a commencé sur Tinder

Comment ce projet a-t-il démarré ?

Tout a commencé quand mon associé et ami Julien Robert rencontre Erin Johnson, sa futur fiancée, sur Tinder à San Francisco il y a un peu plus de 3 ans. Elle est Américaine, il est Français donc il y a des différences culturelles. A cette époque, on cherchait à developper un projet digital et c’est lui qui a eu cette idée de developper une application qui aide les couples à mieux se comprendre. Mais il ne fallait pas que ce soit anxiogène. Cela devait être amusant, simple et vraiment pertinent. Quelques mois plus tard, le Dr Lonnie Barbach nous a rejoints. C’est une psychologue américaine de renommée, qui a vendu des millions de livres et qui a toute l’expertise, la connaissance de la psychologie du couple, la thérapie et toutes les questions que peuvent se poser les couples. Nous avons donc mélangé dans l’application l’aspect divertissement, gamification jeu et l’expertise pour en faire un outil de communication qui, comme une vitamine, apporte un petit plus dans la relation de couple.

La fonction principale de l’application est un quizz. Que doivent faire les couples ?

Chaque jour, les couples peuvent répondre à 5 question sur tous les sujets possibles autour de 6 grands thèmes comme les émotions, la personnalité, la communication ou la sexualité… Sur ces sujets vous devez répondre pour vous-même et deviner le choix de votre partenaire. Cela va déclencher chaque jour des comparaisons de résultats, avec des points de niveau de progression positives. Mais cela va surtout inciter les couples à réagir à ces résultats, qu’ils soient identiques ou pas. Le but est bien de créer un prétexte à la discussion, que ce soit dans l’application ou en tête à tête.

L’application s’adresse aux couples qui vivent ensemble ou qui sont éloignés ?

Nous avons 25% de nos utilisateurs qui sont dans des relations à distance, que ce soit de quelques kilomètres ou à des milliers de kilomètres, pour différentes raisons. On peut avoir les étudiants Erasmus, les expatriés, mais aussi tous ceux qui ne peuvent pas vivre ensemble temporairement. Notre application leur donne un peu plus de matière à discuter que les simples face à face qu’il peuvent avoir sur skype où ils parlent de la journée, et se sentent parfois obliger de parler sans vraiment savoir de quoi. Avec nous, ils continuent à construire leur connaissance de l’autre.

Chaque partenaire installe l’application sur son téléphone ou sa tablette. On peut également jouer sur internet. Ensuite chacun joue à son rythme, comme il veut. Ca prend 3 minutes par jour. Les couples inscrits prennent cela comme une routine positive. C’est devenu une petite habitude dans les transports, à la pause déjeuner, au réveil ou au couché. On peut jouer cote à cote ou en étant séparés géographiquement. C’est un petit moment de focus sur son partenaire et il y a des notifications qui vous avertissent que votre partenaire a répondu au quizz du jour ou qu’il y a une nouvelle série de questions…

Au delà du quizz et des challenges quotidiens, nous proposons aussi des conseils du jour. Un conseil psychologique, adapté au profil qui donne là encore un peu de matière à la réflexion et à l’action. Toujours dans un but de mieux communiquer.

Tous les profils sont différents, vous leur posez les mêmes questions ou elles sont adaptées ?

Nous avons conçu l’algorithme qui détermine les questions en fonction des profils de chaque utilisateur ou de chaque couple. c’est à dire l’orientation sexuelle, l’âge, la durée de la relation, le type de relation, si vous habitez ensemble ou pas, si vous avez des enfants ou pas. Vous n’aurez pas les mêmes questions, elles seront parfaitement adaptées pour qu’elles soient pertinentes et surtout qu’elles fassent sens et s’adaptent à chacun.

Quand vous parlez de couples, cela peut être 2 personnes du même sexe  ou uniquement un homme et une femme ?

Dès le départ, nous avons eu une philosophie très ouverte. On accueille tous les genres possibles et tous les types de relations. Nous avons 5% d’utilisateurs LGBTQ et une grande variété de couples qui peuvent être ensemble depuis 2 jours ou 25 ans, qui habitent dans 200 pays différents et qui peuvent avoir des relations classiques, mariés avec des enfants ou dans des situations plus particulières voire plus compliquées.

Nous proposons des questions sur tous les sujets, de tous niveaux. Nous voulons nourrir les discussions au quotidien

Happy Couple est plutôt destinée aux jeunes ou pas?

Il est vrai que les plus actifs, les plus présents, sont les jeunes adultes d’une vingtaine d’années qui sont en général plus connectés, plus curieux, urbains et qui rentrent par le côté divertissant du quizz, sans se douter que derrière c’est beaucoup plus riche. Ils découvrent les fonctionnalisés de l’application au quotidien, le bénéfice des échanges, des discussions et des conseils psychologies que propose Happy Couple. Le plus jeune doit avoir autour de 16 ans, les plus âgés ont plus de 60 ans. On a des couples qui sont en début de relation, dans cette phase passionnée et cela leur permet de nourrir leur curiosité de l’autre. Ils vont tout savoir sur leur partenaire. On a des couples qui sont ensembles depuis plus longtemps et qui, par l’application peuvent approfondir certains sujets avant de s’engager sur un projet de vie commune. Enfin, on a des couples installés depuis 10 ou 15 ans et qui veulent travailler leur couple de manière positive et ne pas baisser les bras, ne pas être fainéants. C’est une réelle stimulation. Dans deux cas sur trois, dans les couples hétérosexuels, ce sont les jeunes femmes qui s’inscrivent les premières et encouragent leur compagnon à en faire de même. Elles jouent souvent le moteur dans ce désir de faire parler l’autre. Les hommes s’y prêtent volontiers et deviennent tout aussi accro.

Vous annoncez plus de 2000 questions, n’y a t il pas un risque que certaines puissent gêner des personnes, voire provoquer des querelles dans le couple ?

Nous proposons des questions sur tous les sujets, de tous niveaux. Certaines sont assez légères, d’autres plus communes et d’autres plus sensibles. Notamment quand on parle de sexualité, des ex ou quand on évoque le passé ou l’avenir. Mais cela reste un jeu et l’utilisateur qui est gêné par une question peut passer, c’est son droit et il n’y aura pas de discussion avec le partenaire. De notre côté, on mesure aussi quelles sont ces questions les plus passées. Elles permettront aussi de recommander des conseils pertinents à ces utilisateurs. En regardant par exemple quelle est la question la plus ratée, c’est à dire celle où les partenaires se trompent le plus souvent sur la réponse de l’autre. Cette question est celle sur la plus grande peur socialement de son partenaire, être ignoré, se sentir ridicule etc. Sur cette question là, les utilisateurs ne connaissent pas vraiment leur partenaire.

Quant au risque de querelle, on aime tous regarder ailleurs, éluder une question ou mentir, mais notre parti est de dire que ce type de comportement ne va pas dans le sens d’une relation durable. Et il vaut toujours mieux parler, parler parler. Donc on amène la discussion par le jeu et le fait que ce soit un tiers qui pose le débat est plus facile pour les utilisateurs, que d’en parler en face à face. Dans les témoignage que l’on a des utilisateurs, il sont plutôt très satisfaits, satisfaits qu’on évoque certains sujets. Pas forcément des sujets tabous ou difficiles, cela peut être simplement des sujets auxquels on ne pense pas toujours. Nous voulons nourrir les discussions au quotidien.

Les questions sont les mêmes pour tous les pays ou vous adaptez en fonction des origines ?

Aujourd’hui on pose les mêmes question à tout le monde en fonction des profiles. Au départ, par exemple, quand on voulait aborder la question de la peine de mort ou des armes à feu, on a pensé que cela n’avait pas d’intérêt pour la France. Et finalement si, c’est un sujet de conversation pour tous les couples. Il n’y a pas de raison de se censurer. Les cultures sont différentes mais toutes les questions peuvent être abordées, y compris les plus sensibles dans tous les domaines.

Avec ce principe du jeu et de nouvelles questions ajoutées, c’est un jeu sans fin…

Absolument ! Même si pour l’instant, on n’a pas des millions de questions on en rajoute régulièrement. Certaines sont remontées par les utilisateurs, l’actualité aussi nous fournit des thématiques et les couples jouent librement à leur rythme. Mais on s’aperçoit que la majorité des usagers joue 5 jours et plus par semaine, pendant plusieurs semaines ou mois. Donc ils ont bien intégré Happy Couple à leur quotidien. Mais pour l’instant, on n’a pas assez de recul pour voir sur quelques années quel en est l’usage réel. On espère aussi mesurer dans le futur avec des chercheurs, l’impact de l’application sur les couples et évaluer de manière scientifique comment on améliore la communication au sein de la relation.

Happy Couple en chiffres

Utilisateurs : 235 276
Questions répondues : 63 982 638
Messages échangés : 1 093 427
Niveaux atteints : 710 894
Audience : 215 pays
Téléchargements : 822 957
Utilisation : 50% des utilisateurs jouent au moins 5 jours par semaine
Utilisateur le plus actif : 285 jours d’affiliée
Fréquence : 2 questions répondues chaque seconde
challenges réalisés : 167 015

(chiffres en évolution constante)

Notre parti pris est que les technologies doivent permettre de communiquer, de se rapprocher et non pas comme on l’entend souvent d’isoler les gens. Il suffit de trouver les bons usages. Si on fait un parallèle avec les applications qui permettent de mesurer son comportement sur le sport, le poids, l’alimentation, le sommeil, nous voulons faire la même chose sur les aspects psychologiques et relationnels que ces autres applications sur des données physiologiques. Nous voulons être un compagnon qui aide à devenir meilleur, à donner le meilleur des personnes. En d’autres termes « Vivez votre relation en pleine conscience« .

A travers toutes ces questions, vous avez une vue d’ensemble sur les couples, les centres d’intérêts, les difficultés peut être. Happy Couple, c’est comme un sondage grandeur nature ?

Nous avons déjà collecté plus de 60 millions de réponses aux 2000 questions actuellement disponibles et nous en ajoutons toutes les semaines. On a énormément de datas et on veut travailler avec des laboratoire en psychologie et sociologie pour analyser ces informations, de manière anonyme bien sûr, afin d’y déceler des indicateurs, des facteurs, des comparaison sur les comportements, sur l’entente, l’harmonie ou les divergences dans les différents couples.

Mais nos réponses n’ont pas valeur de sondage parce que nous n’avons pas un échantillon représentatif. Happy Couple sont uniquement des couples qui sont connectés. On est un plus un observatoire du couple et cela peut intéresser certains annonceurs, des marques ou des donneur d’ordres qui veulent connaître l’opinion des couples sur des profils très variés, vis à vis de telle thématique ou produit.

Nous espérons prochainement lancer une levée de fonds et constituer une petite équipe pour travailler avec nous à l’accélération de notre développement

Justement, votre application est gratuite, comment comptez vous la rentabiliser ?

Happy Couple est gratuite dans tous les stores depuis 15 mois, en anglais et en français. Depuis 3 mois, nous proposons en option payante, l’achat des packs de question additionnelles, pour ceux qui veulent progresser plus vite, qui sont frustrés par les 5 questions quotidiennes ou qui veulent faire un focus sur un sujet particulier. Nous avons des thématiques sexuelles, liées aux enfants, à l’éducation, au mariage ou sur des sujets événementiels comme la Saint Valentin, les fêtes de fin d’année ou le cinéma. Ces packs sont les premiers leviers de monétisation qu’on a mis en place, comme on en trouve dans les jeux pour progresser. On a de très bons retours donc on va bien sûr continuer. On souhaite aussi mettre en place des offres d’abonnements ou d’accompagnements de coaching avec plus de contenu, de fonctionnalités et d’analyses. On pense aussi proposer à des annonceurs partenaires le fait de recommander aux couples des produits, des services ou des activités adaptés à leurs profils. Et comme nous avons une machine à poser des questions, on pourrait également réaliser des études pour des marques partenaires au près de notre audience ciblée.

Julien Robert – Erin Johnson – Dr. Lonnie Barbach – Arnaud Le Mérour – la team Happy Couple

Combien de personnes travaillent pour Happy Couple ? 

Pour l’instant, nous sommes les 4 co-fondateurs de Happy couple entre Paris et San Francisco et nous avons quelques partenaires qui travaillent pour nous. Nous avons récemment fait appel à Julie Duchemin et Pascal De Sutter, qui sont des experts du couple et de la sexualité reconnus en France, Belgique et Canada. Il participent aussi à l’élaboration de questions dans le but étant d’aborder tous les sujets. Parce qu’un couple peut parler absolument de tout. Par ailleurs nous sommes en recherche de fonds et nous espérons prochainement lancer une levée de fonds et constituer une petite équipe pour travailler avec nous à l’accélération de notre développement. Cela veut dire développer notre produit pour qu’il soit plus riche, avec notamment de nouvelles langues comme l’espagnol, l’arabe, le chinois ou l’hindi. On veut aussi développer l’analyse de la relation, des datas et travailler avec plus de partenaires que ce soit les professionnels de la relation de couple ou les médias pour toucher toujours plus de monde.

Conseils à des futurs Start-upers

Nous avons profité de l’occasion pour demander à Arnaud Le Mérour quels conseils il donnerait à de futurs start-upers. Voici sa réponse :
Si quelque un veut se lancer dans projet start-up application. pour moi ce qui est important, c ‘est de bien choisir ses associés, des gens complémentaires en terme de culture compétence de personnalité parce que dans une vie de start-uper entrepreneur on passe par des hauts et des bas, il faut que l’équipe soit forte et solide . La variété est un grand facteur de réussite. Il faut toujours échanger avec ses clients, ses utilisateurs ses prospects ses fournisseurs soumettre des idées, ne pas rester sur sa vision initiale ne pas se enfermer et faire le produit attendu pour les autres et pas uniquement pour soi. Et etre pris a faire bcp de sacrifice pour se donner les moyens de réussir. On fait une croix sur les loisirs, les revenus, la vie familiale et sociale. c’est un choix engageant mais pour réussir, il faut s’impliquer à 200%

Source images: Happy Couple