Trouver des moyens de financer la sextech reste un des plus gros défis à relever pour tous ceux qui veulent s’implanter dans ce secteur. Les innovations et les talents ne manquent mais comme toujours, c’est l’argent qui fait défaut. Les récentes affaires qui sont secoué internet avec la question de la protection des données  a fait apparaître

les craintes des utilisateurs à donner à la fois leur informations privées et plus encore leur numéro carte bancaire. La solution de la blockchain et des cryptomonnaies pour plus de sécurité pourrait devenir une solution sérieuse pour l’avenir. C’est ce que pensent de plus en plus de professionnels.

La start-up Eroiy propose est une solution de blockchain qui a veut garantir plus d’anonymat à l’ensemble de marché, de confiance et d’options de développement. En plus du fonctionnement classique des cryptomonnaies, tous les utilisateurs bénéficient de nombreux avantages, que ce soit les consommateurs, les responsables de sites web ou les acteurs de jetons sur les sites de rencontre.

cryptomonnaies

Basé sur le protocole blockchain NEM, l’écosystème d’Eroiy comprend l’EroiyCoin, l’Eroiy eWallet, l’Eroiy-Xchange et une carte de débit Eroiy Crypto. En dehors de l’anonymat, Eroiy offre également des avantages tels que la protection des données, la protection contre la fraude financière, les faibles coûts de transaction et la commodité des paiements en un clic.

Sextech à l’heure de la Blockchain

Le 13 février prochain, l’incubateur Belle de Mai à Marseille a tenu sa conférence annuelle sur le thème « La Sextech à l’heure de la blockchain ». Spécialistes de la blockchain, sexologues et sexothérapeutes, acteurs de la sextech et de la femtech ont débattu pour apporter des réponses aux questions sur la sécurité, l’innovation et les risques.

« L’industrie du divertissement pour adultes est déjà connue pour l’innovation, et il est maintenant temps pour elle d’adopter des cryptomonnaies« , a déclaré au site Markus Steffen CEO d’Eroiy . « Grâce à l’introduction d’Eroiy, nous avons la possibilité d’accroître la confiance et la discrétion dans l’entreprise. » et il ajoute « C’est le seul moyen pour le marché de se développer, de franchir les prochaines étapes et d’accroître son acceptation sociale. »

L’acceptation sociale, c’est peut-être ce qui bloque le développement de l’industrie adulte. Les préjugés ont la vie dure. Et ce n’est pas sans conséquences quand on aborde le sujet de la sextech. Pourtant la demande est bien présente pour des produits facilitant, favorisant la sexualité et le bien-être.

Le sexe est toujours un sujet gênant pour la plupart des gens. Tout le monde fait semblant d’être cool et sexuellement libéré voire sophistiqué, mais en réalité, pour beaucoup de gens, le sexe est toujours trop intime, trop révélateur de sa propre personnalité. Il y a trop d’émotions dans le sexe, de la gêne, de la honte, mais aussi de l’enthousiasme et des désirs. La grosse difficulté est bien d’en parler honnêtement.

Peut-on financer la sextech quand le sexe est toujours tabou ?

Et les préjugés ont la vie dure. Difficile pour tous les créateurs de trouver des moyens de financer la sextech. Le monde extérieur les regarde comme des être étranges quand ils ne sont pas le diable. Pire, au sein même de la sextech, deux camps s’affrontent. Ceux qui acceptent la pornographie et ceux qui la condamnent. Ceux qui refusent le simple divertissement pour des raisons plus ou moins éthiques et qui ne veulent parler que d’éducation, de santé et de bien-être sexuel. Comme si les deux tendances ne pouvaient cohabiter et faire partie d’un même univers. Celui qui est cataloguer sous l’appellation de « Contenu pour adultes« .

“Contenu pour Adultes », une formule simple, prude, qui permet à tous les processeurs de paiement, les fournisseurs d’email, les sociétés d’hébergement, les investisseurs que si c’est réservé aux adultes, c’est parce que c’est du porno. CQFD et cachez la sexualité qu’on ne saurait soutenir.

Pourtant, de temps en temps, on peut lire des bonnes nouvelles comme Unbound qui lève 2,7 millions de dollars pour développer des produits de bien-être sexuel, ou Cindy Gallop qui trouve 2 millions de dollars pour soutenir des entreprises de la sextech. Mais pour deux bonnes nouvelles, combien peinent à trouver le financement de leurs projets?

Offrez vous le sextoy de vos rêves
visitez le Lovestore de sexhightech

Les cryptomonnaies une véritable avancée ?

Depuis longtemps, l’industrie adulte a toujours été à la pointe de la technologie. Que ce soit la VHS, le DVD, les modes de paiement sur internet, toutes ces évolutions ont été possibles en large partie grâce à l’implication de l’industrie adulte, cherchant des moyens de toucher un grand public et de rentabiliser les investissements. On le voit actuellement avec les expériences de réalité virtuelle, beaucoup de professionnels regardent amusé des sociétés proposer des offres de casques fermées, dont les contenus ne seraient disponibles que sur leur plateforme. Et souvent l’adulte n’y a pas sa place. Quand d’autres proposent des casques “ouverts” permettant de tout lire, y compris des vidéos porno.

Il pourrait en aller de même avec les cryptomonnaies et Eroiy espère bien devenir l’un des acteurs majeur des nouveaux moyens de paiement sur le net. La sécurité apportée par la blockchain, les possibilité de rendement rapide ont déjà convaincu un grand nombres d’entreprises du secteur adulte. Cette nouvelle banque indépendante permet des transactions anonymes, des exonérations de charges et a tout le potentiel pour devenir une acteur majeur dans le marché du divertissement adulte avec un volume total d’environ 100 milliards de dollars.

Les cryptomonnaies permettront peut-être de trouver une solution pour financer la sextech, préserver l’anonymat des personnes et limiter l’accès des mineurs aux sites adultes. Et favoriser l’expension de la sextech qui dans la plupart des cas est financée sur les fonds propres des créateurs.

1 Comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.