Comme nous vous l’indiquions précédemment, la conférence Love and Sex with Robots qui devait se tenir à Londres, à l’Université Goldsmith les 19 et 20 décembre a dû changer de lieu suite à des menaces proférées par des extrémistes musulmans prises très au sérieux par la police britannique. Ce n’est pas la première fois que la conférence reçoit des menaces. La première fois, elle avait même été annulée alors qu’elle devait se tenir à Kuala Lumpur en Malaisie. La sextech ne pose pas que des questions

Selon le co-fondateur de la conférence love and Sex with Robots, Adrian David Cheok au Daily Star, « La police nous a fait part de menaces venant de terroristes islamistes. Nous avons pris des précautions parce que ces groupes sont internationaux. Selon la religion musulmane, le sexe avec des robots est assimilé à l’homosexualité. »

Certains thèmes abordés lors de cette conférence créent actuellement la polémique notamment en provenance des conservateurs religieux et de certaines féministes qui craignent que la technologie ne nuise aux relations hommes-femmes. Si les religieux s’inquiètent des implications spirituelles et interpersonnelles en raison de croyances sur le caractère sacré de la sexualité, les féministes estiment de leur côté que la publicité faite autour de ces objets sexuels abaisse le statut des femmes.

Menaces terroristes

Love and Sex with Robots interdit en Malaisie

Ce n’est pas la première fois que la conférence reçoit des menaces. La première fois, elle avait même été annulée alors qu’elle devait se tenir à Kuala Lumpur en Malaisie. Le chef de la police malaisienne avait décidé que l’événement était immoral et avait menacé de jeter les organisateurs en prison s’ils maintenaient la conférence. « La sodomie est un délit en Malaisie » avait déclaré à l’époque l’inspecteur général de la police « alors des rapports avec des Robots, ne soyez pas ridicules. »

Les législateurs malaisiens s’inquiètent de la montée de la pudeur. Récemment, deux députés ont critiqué les uniformes des agents de bord en Malaisie, les jugeant trop sexy, trop suggestifs et pouvant « donner des idées » aux passagers.

Le programme de la conférence 2017 love and Sex with Robots a réunis plusieurs conférenciers comme le Dr David Levy qui a parlé des développements technologiques révolutionnaires qui pourraient permettre aux robots et aux humains de faire des bébés ensemble sans avoir besoin de sperme ou d’ovules. D’autres scientifiques ont évoqué la possibilité d’utiliser les robots sexuels pour soigner des pédophiles. On le voit, si les poupées sexuelles actuellement disponibles sur le marché sont de plus en plus populaires en attendant de véritables robots, elles suscitent de nombreuses interrogations sur leur usage dans l’avenir, qui va bien au-delà du simple plaisir sexuel.

Conférence Love and Sex with Robots, chapitre 2 : faire des bébés robots !
Conférence Love and Sex with Robots, chapitre 3 : un robot sexuel enfant comme thérapie pour les pédophiles
Conférence Love and Sex with Robots, chapitre 4 : sexe entre hommes et robots la fin des relations humaines

1 Comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.