Mise à Jour : Nous vous annoncions le lancement d’une offre de location de poupées sexuelles chinoises à Pékin. Cette initiative n’a pas fait long feu. Comme l’explique Le Parisien sur son site, la société Touch a du retirer sa proposition du marché et présenter des excuses pour « influence malsaine ».

Les dirigeants de la société de vente de poupées sexuelles chinoises ont (dû ?) publié un communiqué, affirmant que « Nous sommes profondément désolés de l’influence malsaine qu’a eue notre projet de petites amies partagées sur la société et notamment sur l’opinion des internautes à l’approche d’une important réunion. »

La réunion n’est autre que celle du congrès quinquennal du Parti communiste le 18 octobre.

Peut-être que le pouvoir, dont on ne sent pas du tout l’influence sur le ton du communiqué, craignait peut-être de voir la concentration des participants au congrès perturbée par les sexdolls lib’…

… L’article publié lors de l’annonce par la société TOUCH.

poupées sexuelles chinoises

L’économie de partage est très en avance en Chine, on partage des vélos, des parapluies, des tapis roulants et même des cabines de Karaoké. Tout cela via des applis sur smartphone mais Touch, une société de Xiamen dans le sud-est du pays et spécialisée dans les poupées sexuelles chinoises vient de franchir une nouvelle étape en proposant dans sa boutique de Pékin de partager une poupée sexuelle. Bienvenue aux sexdolls lib’.

Touch, un revendeur de produits pour adultes chinois a lancé il y a peu un service de « partage de petite copine »avec différents modèles dont une Wonder Woman avec bouclier et épée.

poupée sexuelle

Comme pour tout produit offert en partage, cette poupée sexuelle chinois est réservée via une appli sur smartphone pour un maximum d’une semaine. Les clients reçoivent ensuite leur poupée de sexe après avoir choisi les vêtements, les coiffures et certains accessoires comme des menottes ou des martinets. Ils peuvent même demander à ce qu’elles soient en situation d’excitation quand elles arrivent à domicile. Pour quelques dollars de plus, les poupées sexuelles chinoises peuvent également être équipées d’un système de voix avec différents sons en fonction de l’utilisation.

Les clients peuvent louer la poupée pour l’équivalent de 40 euros la nuit après avoir laissé une caution récupérée par la suite.

« Les poupées sexuelles ont un corps parfait, sont totalement soumises et peuvent répondre aux demandes des hommes célibataires » expliquait un responsable de Touch qui ajoute « Avec nos poupées sexuelles en partage, nous répondons à la demande de millions d’homme qui n’arrivent pas à trouver d’épouses à cause de la grande différence entre le nombre d’hommes et de femmes dans le pays. »

Pour répondre aux questions liées à l’hygiène, la société propose également aux utilisateurs de conserver la partie inférieure de la poupée jusqu’à une prochaine commande, une nouvelle partie supérieure pouvant s’y adapter. Une autre manière de fidéliser le client.

Après un premier essai à Beijing, la société prévoit de lancer le service au niveau national. A priori, après le communiqué demandé par les autorités, l’expérience s’arrête maintenant.

 

Une poupée d'amour pour vous
Faites l'expérience des sexdolls
4 Comments
  • 10 juin 2018 - 18 h 03 min

    […] Après Barcelone, Dublin, Dortmund et d’autres villes en Europe, Paris a donc elle aussi son bordel de poupées de sexe réalistes et Xdolls restera donc ouvert. Pour le moment mais on sait que les opposants ne lâcheront pas aussi facilement leur combat. Aujourd'hui, le seul exemple connu de fermeture d'un établissement de poupée sexuelle est en Chine où la société Touch proposait des poupées sexuelles chinoises en location. […]

  • 2 juin 2018 - 16 h 41 min

    […] chronique en épousant justement le robot qu’il s’est lui aussi fabriqué. Une société veut mettre des poupées en partage et se fait interdir par les […]

  • 2 juin 2018 - 16 h 39 min

    […] Une maison de poupées sexuelles a ouvert ses portes en Chine, mais au bout de quatre jours, les autorités ont obligé l’établissement situé à Pékin de fermer leur porte en publiant un communiqué pour présenter des excuses. […]

  • 24 mai 2018 - 0 h 53 min

    […] Comme toutes les semaines, voici une petite sélection de quelques infos autour de la sextech que vous auriez pu manquer. Un gallois qui vient à la télé avec sa femme et sa poupée, une journaliste qui fabrique un appareil dentaire pour de meilleures fellations et une société espagnole commercialise les orgasmes sonores de dames pour ses futurs robots sexuels. Avouez que vous n’auriez pas voulu manquer ces news. Coté sexhightech, nous avons fait connaissance avec M’sieur Jérémy, un testeur de sextoys qui veut défendre la sexualité des hommes et la news qui a choqué à propos d’une société chinoises qui a lancé sexdollslib’, ou les poupées sexuelles en partage. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.